Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante

Publié le 01/05/2019

  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
  • Rencontre avec Maläyka, une danseuse orientale envoûtante
Ses coups de cœur, ses points de vue sur la danse orientale mais aussi son expérience hors du commun au sein de l’émission de télévision « La France a un incroyable talent », Maläyka se livre sans taboo le temps de notre interview et c’est tout simplement… passionnant !

1/ En 2015, vous avez été sélectionnée pour participer à l’émission « La France a un incroyable talent », racontez-nous cette expérience hors du commun ?

La production m’a un jour contacté et proposé de participer au programme. Ils avaient vu mes vidéos et apprécié mon travail. Une danse ailes d’Isis / voiles proposée par ma troupe lors du final de mon Festival avait entre autre retenu leur attention.
J’ai donc accepté de me prêter au jeu et de suivre leurs attentes : repartir sur cette chorégraphie en y mêlant si possible de la percussion et également me présenter comme une soliste puis faire la surprise de l’entrée de la troupe de danseuses.
La candidature serait venue de moi-même, j’aurais sans doute proposé quelque chose de différent avec plus de recherche artistique mais j’aime les challenges et cela était en adéquation avec mon travail, j’ai donc accepté.
Le premier obstacle a été le délai très court pour leur envoyer la vidéo de notre danse qui serait celle présentée lors de l’émission ! Certaines de mes anciennes danseuses n’ont pas souhaité participer, il a donc fallu recréer une équipe, trouver une salle de répétition, monter la chorégraphie basée sur la précédente… le tout dans un temps record !
Ils sont ensuite venus nous rencontrer à Poitiers (où j’habitais à l’époque) pour filmer notre danse et nous prêter au jeu de mini-scènes et interviews pour l’émission.
Le jour J, j’étais très fatiguée car j’avais été hospitalisée peu de temps auparavant (on voit d’ailleurs mon visage très creusé sur le vidéo !) Les conditions n’étaient pas optimales mais heureusement, les filles étaient bien prêtes et ont assuré !
Nous avions un peu de stress forcément et je savais que nous représentions la Danse Orientale comme chaque fois qu’il y en a à la télévision.
Mais tout le monde a pris du plaisir à découvrir le fun des coulisses et présenter notre travail. Le jury était mitigé et malheureusement pas très clair sur les raisons de notre élimination. Cela a débuté sur un beau compliment d’Éric Antoine « Vous êtes des nymphes, des inspiratrices, j’admire votre talent », ça a été oui, non, oui puis au final non ! Nous étions forcément déçues mais il s’agit bien sûr du jeu de la Télévision. Je pense qu’aujourd’hui, nous en gardons tous un beau souvenir !
Cela n’a pas eu d’impact sur ma carrière. Le seul contrat à la suite à notre performance a été notre participation à une autre émission de TV avec Cyril Hanouna.

2/ Quelles sont pour vous les qualités nécessaires pour devenir une grande danseuse orientale et pourquoi ?

La recette parfaite serait : travail technique + émotion + sincérité !
Il faut bien sûr de la rigueur : connaitre les mouvements, les maîtriser, puis gagner en subtilité, se construire un vocabulaire, penser aux petits détails, s’intéresser à l’histoire de notre danse et toute la culture qui l’accompagne…
Cette technique maîtrisée servira de base pour transmettre une émotion. Elle est donc indispensable mais il ne faut pas s’arrêter là !
Il faut monter sur scène pour donner quelque chose. Et être sincère : je pense que c’est la plus belle chose que l’on peut offrir ! Se servir des grandes danseuses pour apprendre, mais ne pas imiter ; être soi. Se servir de tout le travail effectué en amont pour réussir à être présente sur scène à 100%. Le partage opère alors : la danseuse donne au public et en retour, en retira un bonheur ultime !

3/ Quels sont les 10 titres préférés de votre playlist Danse Orientale ?

Je passe beaucoup de temps à sélectionner mes musiques : la danse étant sa traduction, son choix est primordial !
Je porte notamment une grande attention au choix des orchestrations, elles permettent de redécouvrir une musique déjà entendue et de dégager une atmosphère bien particulière. Mes coups de cœurs cours et spectacle sont :
Zina de Babylone > Parfait pour débuter avec un bon échauffement.
Alf Leila we Leila – Oum Kalsoum > Un classique dont je ne me lasse pas! et tellement d’orchestrations différentes !
Habibi Ya eini - par Tony Mouzayek > J’aime tout particulièrement cette version, devenue incontournable pour mes shows!
Min Hob fik ya ghari – par Safaa Farid > Un autre de mes incontournables comme toutes les musiques orchestrées par Safaa Farid.
Mafia - Mohammad Ramadan > Tous les tubes de cet artiste sont parfaits pour danser en cabaret ou faire la fête !
Roubbama – Le trio Joubran > J’aime ces musiques à l’atmosphère bien particulière.
Law Hobna Ghalta – Wael kfoury > On ne s’en lasse pas !
Mejance Sharon – CD Sharon Mesguich > Ces danseuses nous régalent en produisant leur cd pour notre plus grand bonheur !
Ana bastanak par Al Kamar orquestra oriental > Ma dernière danse sur scène
Zourouni – Dorsaf Hamdani > Une pure beauté ! Parfait pour terminer en s’étirant…

4/ Quel style de danse orientale (Baladi, Sharqi, Mejance, Saïdi…) préférez-vous danser et pourquoi ?

Tous les folklores me font rêver, le travail de Mahmoud Reda en troupe est incroyable, si poétique, complet et envoûtant ! Chacune de ses chorégraphies est une ode à l’Egypte. L’interprétation par Nesma & Al-Andalus Company notamment dans son spectacle à Madrid est absolument magistrale !
Mais à titre personnel, je garderai tout de même l’élégant et l’envoûtant Sharki : j’aime ses multiples possibilités ; enchaîner les moments sur place puis prendre tout l’espace comme pour s’envoler ! Le champ des émotions est très souvent varié grâce à ses musiques spécifiquement riches et élégantes. Il y a une forme de rencontre forte avec le public ; comme pour lui dire bonjour ; que j’apprécie énormément.
Enfin, en tant que grande fan de costume de danse orientale : c’est toujours un bonheur de porter une grande jupe de danse orientale avec 20 mètres de tissu et des centaines de strass qui accompagneront à merveille tours et arabesques…

5/ Quel accessoire de danse (voile, ailes d’Isis, canne…) préférez-vous manier dans vos chorégraphies et pourquoi ?

Tous les accessoires de danse orientale sont très beaux en troupe, l’effet de synchronisation est décuplé !
Le voile qui accompagne une danseuse où qu’elle aille reste mon favori ! Qu’il soit travaillé ou improvisé, l’effet est toujours top et les possibilités de maniement sont très larges ! Mes élèves en raffolent comme moi et la plupart des danseuses je pense !

6/ Quelle analyse faîtes-vous de l’évolution de la danse orientale ces 5 dernières années et quelles sont pour vous les perspectives d’avenir ?

Il y a 10/15 ans, de vrais changements avaient eu lieu : on renouvelait enfin sa garde-robe, le nombre de stages était en pleine explosion, les danseuses commençaient à chercher leur propre style… j’ai l’impression que tout se passait.
Aujourd’hui, la danse orientale prend son aisance, s’affirme, se forge davantage dans tous les domaines, elle se singularise.
Il y a les très grands festivals qui se professionnalisent : un concentré pendant quelques jours de spectacles, stages, stands de costumes, retrouvailles de copines, nouvelles musiques ! Tout est plus rodé, cadré et les festivalières sont sans doute plus pointues dans ce qu’elles recherchent.
Du coté des danseuses, beaucoup affirment toujours plus un style personnel bien singulier. Elles arrivent à nous faire redécouvrir notre danse, nous inspire.
Certaines danseuses font quant à elles polémique. C’est le cas des shows girls du Caire et d’ailleurs qui font bouger les lieux de fêtes : parfois si charismatiques et parfois bien trop médiocres ! Mais une chose est sûre, elles ne laissent personne indifférent !
Pour les spectacles, une des belles évolutions à noter est la multiplication des grands shows racontant une histoire. Ils permettent une nouvelle ouverture à notre danse et changent effectivement des shows sans enchaînement logique. Ceux de Jillina sont bien sûr un modèle de professionnalisme et d’excellence.
Il y en a donc aujourd’hui pour tous les goûts. Je pense que comme dans toute discipline artistique, la danse orientale évoluera, elle sera plus ou moins à la mode selon les périodes mais perdurera.






Revivez la prestation de Maläyka et ses danseuses dans « La France a un incroyable talent » :

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire