Comment devenir professeur de danse orientale ?

Publié le 01/06/2019

  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
  • Comment devenir professeur de danse orientale ?
Parce que la danse orientale est une discipline artistique et sportive à part entière, ne peut évidemment s’improviser qui veut professeur de danse orientale. Bien qu’il n’existe pas de diplôme officiellement reconnu par l’état pour exercer cette activité, des formations de qualité ont émergé ces dernières années pour professionnaliser ce métier encore trop souvent « improvisé » en véhiculant des savoirs théoriques et pratiques qui permettront de perpétuer la danse orientale de manière juste et authentique au fil des années. Elles fournissent ainsi aux professeurs un bagage complet pour parfaire leur enseignement et les aider dans ce rôle. Voici notre Top 3 des formations de qualité envers lesquelles vous pouvez avoir une totale confiance :

1/ Formation Bell’Masry Elite School, orchestrée par Kareem GaD (notre préférée !)

Pour vous permettre d’évaluer au mieux les qualités de ce séminaire, nous avons interviewé Taly Hanafy, son organisatrice :

A/ Sur quel concept repose votre formation ?

De nos jours, il est de plus en plus facile de trouver des cours de danse orientale, par contre dès que l'on veut approfondir ses connaissances, cela devient compliqué. Il est important tout au long de sa vie de continuer à se former, quel que soit le domaine. La danse en Égypte est très riche, mais les VRAIES informations à son sujet sont difficiles d'accès. J'insiste sur le mot "vrai" car chaque semaine, on peut lire d'énormes bêtises sur les réseaux sociaux venant de personnes mêmes très reconnues dans le milieu. Par exemple, les gens vont sur Wikipédia en pleine confiance, alors que c'est truffé d'erreurs. C'est très dommageable pour notre art et c'est du devoir de chacun de ne pas contribuer à répandre des affirmations erronées. Pour y remédier, et constatant la rareté des formations en France concernant la danse orientale et les danses de folklores égyptiens, nous avons souhaité créer cette formation particulière. Elle allie la pratique de la danse et les connaissances culturelles indissociables quand on pratique une danse du monde car on ne peut pas pratiquer ces danses sans s'intéresser à la culture derrière.
Nous avons la chance d'avoir en France un maître égyptien compétent et renommé à l'internationale, qui est plus est, parlant français. C'est à nous de profiter de ce trésor de la danse orientale.
L'objectif de cette formation est de rendre accessible toutes les informations théoriques et culturelles de notre danse, sans se séparer de la pratique. L'objectif est grand, c'est pourquoi cette troisième édition est encore différente des deux précédentes. Les sujets sont tellement nombreux qu'il serait dommage de se restreindre aux sempiternels mêmes thématiques.
La partie théorique a lieu sous forme de cours comme à l'université. Les élèves sont assis chacun à une table. Ils reçoivent des polycopiés, regardent des vidéoprojections, prennent des notes et passent une évaluation en fin de session.
La partie pratique se déroule comme un cours de danse lambda. Mais les 2 sont toujours en corrélation par rapport au thème abordé.
Quant au public, tout le monde est bienvenu. De la danseuse (amatrice ou professionnelle) au professeur déjà expérimenté. Il faut néanmoins avoir un minimum de niveau pour la partie danse afin de pouvoir suivre.

B/ Quel est le parcours professionnel du formateur Kareem GaD ?

Kareem GaD est né et a vécu au Caire jusqu'à ses 25 ans. Il est artiste danseur, chorégraphe, et professeur de danse orientale. Depuis l’enfance, il a toujours été attiré par les arts. Il débute sa formation artistique très tôt à l’âge de 5 ans.
Auprès de Mahmoud Saleh (troupe Reda), il apprend le répertoire Reda.
A 15 ans, il commence à travailler professionnellement en tant que danseur dans différents groupes de folklores dans toute l’Égypte et dans un groupe de musique en tant que joueur de percussion (derbouka, duff, batterie, tora, hanah, sagattes, tabla baladi). Parallèlement, il apprend le solfège et l’histoire de la musique arabe. Il s’ouvre également à la danse moderne et contemporaine, et à l’art du derviche.
Il foule la scène de la plupart des théâtres égyptiens dont l'Opéra du Caire, danse pour la télévision, les clips vidéo. Il a travaillé avec beaucoup de célèbres professeurs et chorégraphes dont Hassaan Saber et le duo de chorégraphes de danse moderne et contemporaine Dia et Mohamed (Tawasol Art Foundation for Art).
L’art des derviches tourneurs (ou tanoura) devient également une part importante de son travail, il devient un des tanoura les plus reconnu de sa génération.
Chorégraphe, il crée notamment le spectacle El Hadra qu’il présente à El Mouled à l’université américaine du Caire.
Il étudie l’hébreu à la faculté des arts et s’attache à faire des recherches bibliographiques personnelles sur les folklores égyptiens (l’histoire, la musique, la danse et l’héritage).
En 2013, il fonde la Compagnie Bell’Masry avec Taly Hanafy, sa partenaire à la vie comme à la scène. Ensemble, ils créent le spectacle « Ramy et Julietta, les amoureux du Caire », qu’ils présentent au mythique théâtre Bobino à Paris.
Kareem GaD s’attache à inventer une nouvelle manière de danser qui mélange le folklore égyptien, la danse contemporaine, l’interprétation et la comédie.
Aujourd'hui, Kareem GaD est invité dans le monde entier pour donner des stages et des représentations.
C'est toute la richesse et la diversité de son parcours qu'il met aujourd'hui au service de la formation.

C/ Quels thèmes spécifiques ont été abordés lors des 2 éditions précédentes ?

La session de 2017 fut consacrée à l'histoire de la danse orientale, aux rythmes fondamentaux, au style baladi et classique égyptien, aux chanteurs et danseuses principales, et aux folklores saidi, bedouin et fellahi. Cette première édition était trop ambitieuse, difficile à traiter en si peu de temps et nous avons décidé de resserrer nos sujets.
La session de 2018 fut consacrée à l'âge d'or de la danse orientale avec un focus sur le baladi, puis à la danse dans les années 70 avec un focus sur le shaabi et la danse orientale moderne, et enfin une partie folklore consacrée à toutes les facettes de la danse dans la région du said.

D/ Quel est le programme de la formation 2019 ?

Cette année, nous abordons les lieux de présentation de la danse orientale en Égypte : des scènes de théâtre en passant par les cabarets et les night-clubs. C'est un sujet au cœur de l'actualité de notre milieu. Les vidéos de danseuses orientales en night-club ont vivement secoué les réseaux sociaux ces dernières semaines avec l'apparition de la danse sur les bars. C'est un nouveau phénomène et un nouveau lieu de présentation de la danse orientale en Égypte.
Pour cette première journée, la partie pratique de la danse sera consacrée à la mejance.
Le 2ème jour de la formation sera consacré à Oum Kalthoum et à l'art du Zaar et des derviches pour la partie folklore et tradition.
Le 3ème jour sera consacré à l'Égypte des Khedives et la danse, ce qui correspond au 19ème siècle.
Les focus seront à propos de la danse Bambouty et de la danse almée avec le shamadan.

E/ Quelles sont les modalités pratiques pour y participer ?

La formation dure 21h sur 3 jours à Paris, mais il est possible de s'inscrire à une journée seulement si impossibilité de suivre l'ensemble. Le tarif est de 370 euros pour les adhérents (390 euros pour les non adhérents). Les inscriptions sont possibles directement depuis le site Internet.

2/ Formation professionnalisante « Enseigner la danse orientale » à l’initiative de Yaël Zarca

Au programme : Histoire/culture de la danse orientale (origines, étude des styles, artistes…) Musique de la danse orientale (instruments, rythmiques…), Connaissance du corps humain et étude du mouvement (anatomie, échauffements, placements du corps…), Pédagogie (structure et évolution des cours, décortications des mouvements et corrections), Administratif/législation (statut, réglementations, normes de sécurité…), Enseignements spécifiques (cours pour enfants, cours particuliers, stages thématiques…), Travail chorégraphique, Exercices pratiques et mises en situation. Le tout, dispensé par une équipe compétente et surtout très variée (professeurs de danse orientale, professeur de fitness, professeur de percussions…)
Celle-ci se tient chaque année à Paris en juillet sur 40h de formation réparties sur 7 jours au prix de 780 €.

3/ Formation « Devenir professeur de danse orientale » à l’initiative de Sandra

Au programme : Culture, éducation musicale, enseignement et pédagogie, gestion d’une école de danse.
Le tout, dispensé par une équipe solide (professeur de danse orientale, conseiller juridique, consultante spécialisée en gestion de projet, musiciens, chanteurs, percussionnistes…) Celle-ci se tient chaque année à Nice en juillet sur 42h de formation réparties en 6 jours au tarif de 840 €.

COMMENTAIRES

DeCommentaire
Jannat Snow
05/06/2019

Merci, les informations très utiles !!!

Ajouter un commentaire