Le Top 5 des accessoires préférés des danseuses orientales

Découvrez le palmarès des accessoires de danse orientale les plus appréciés par les danseuses à travers l’avis de plusieurs utilisatrices.

1/ Le voile de danse orientale

Le voile est l’accessoire mythique de la danseuse orientale. En cause : sa légèreté, son côté volatile mais aussi le poids des traditions et l’image ancestrale qu’il véhicule depuis des années à l’effigie de la danseuse orientale. C’est l’accessoire immédiatement assimilé à la danseuse orientale.
Le voile est un accessoire qui offre de multiples possibilités car il permet de nombreuses figures. Il peut être manipulé de manière douce comme de manière vive, rythmée et saccadée. Il permet de masquer un costume de danse orientale puis de le dévoiler en jouant notamment sur la transparence. Son utilisation est ouverte à toutes, même les débutantes. On distingue le voile de danse orientale en polyester (soie artificielle) et le voile en pure soie, incroyablement fluide et aérien. Il existe également le voile rectangulaire et le voile circulaire (aussi appelé demi-lune) selon l’effet visuel recherché lors d’une chorégraphie.
Disponible dans toutes les teintes, on peut donc le marier facilement avec un costume ou obtenir un somptueux panaché de couleurs lors d’une chorégraphie de groupe.

« J’aime danser avec le voile car c’est un accessoire synonyme d’envoûtement, d’enchantement et qui fait immédiatement voyager les spectateurs. C’est aussi un accessoire qui renforce la féminité dans la danse. Impossible de s’en lasser ! » Julie, 28 ans, danseuse orientale niveau intermédiaire.

2/ Les éventails de danse orientale

Cet accessoire asiatique récemment introduit dans la danse orientale est fortement plébiscité par les danseuses orientales qui l’adorent. Utilisés principalement par paire mais également à l’unité, ils donnent lieu à des chorégraphies captivantes et surprenantes pour les spectateurs. Diverses manipulations permettent de nombreux effets avec plus ou moins de caractère et de vivacité dans la danse.
Les éventails de danse orientale sont le plus souvent confectionnés en bambou et composés d’un éventail spécifique pour main droite et d’un autre spécifique pour main gauche. De la soie (artificielle ou pure soie) généralement d’une longueur de 150 cm est adossée à la structure. Là aussi, de multiples coloris sont disponibles mais ce sont surtout les dégradés de couleurs qui plaisent aux danseuses car ils renforcent le rendu visuel de cet accessoire hors du commun.
Pour plus de facilité, ils se rangent dans des sacs de transport et de protection conçus spécialement pour eux.
Veillez à bien opter pour des fan veil de danse orientale dotés d’ourlets sur chacun des côtés pour éviter que votre accessoire ne s’effiloche et se détériore rapidement.

« Les éventails demandent de l’entraînement mais leur rendu est unique et incomparable ! Pour les chorégraphies solos ou de groupe, ils font toujours sensation. J’aime surtout la façon dont ils peuvent donner de la couleur et du peps à ma danse » Marie, 39 ans, danseuse orientale niveau intermédiaire.

3/ Les ailes d’Isis de danse orientale

C’est en quelques sortes l’accessoire sensationnel de la danse orientale de par son envergure et par l’effet de surprise qu’il peut créer au moment de l’ouverture des ailes.
Les ailes d’Isis s’attachent dans le cou via un système de velcro et se manipulent via des bâtons insérés à chaque extrémité. Alors que les ailes d'Isis dorées et les ailes d'Isis argentées avaient le monopole, de nombreux coloris opaques et transparents sont venus compléter la panoplie offrant alors un large choix aux danseuses. Mais plus récemment, les ailes d’Isis lumineuses équipées de Leds ont révolutionné le marché et donné naissance à des chorégraphies féériques et toujours plus surprenantes.
Les ailes d’Isis nécessitent d’être repliées soigneusement après chaque utilisation pour bien conserver le rendu. Une housse de transport est préconisée et permet un gain de place considérable.
Il existe les ailes d’Isis ouvertes et des ailes d'Isis fermées. Leur rendu est assez équivalent à l’exception que l’ouverture à l’arrière des ailes d’Isis ouvertes laisse entrevoir le costume porté en dessous, et donne davantage d’envergure aux mouvements.

« Je suis complètement fan des ailes d’Isis, à chaque fois c’est l’effet « Wahoouuuu » ! pour le public et pour moi, c’est un vrai plaisir de danser avec. Et quand elles sont équipées de Leds, c’est encore plus impressionnant et cela permet des jeux de lumières infinis qui subliment les chorégraphies ». Esther, danseuse orientale niveau débutant, 19 ans.

4/ La canne/le bâton de danse orientale

C’est l’accessoire traditionnel de la danse orientale. Avec la canne, on plonge immédiatement dans l’atmosphère des danses orientales égyptiennes folkloriques ! Les danseuses orientales apprécient l’authenticité et la richesse culturelle de cet accessoire mais le trouvent souvent moins féminin et moins envoûtant que les autres d’où cette 4ème place au classement.

« J’aime beaucoup la canne de danse orientale, c’est un accessoire qui a du caractère et plutôt facile à manier. Son effet est décuplé lors des chorégraphies de groupe qui lui donnent encore plus de puissance surtout lorsqu’on frappe le sol avec. J’aime également les robes traditionnelles et bien spécifiques que l’on porte lors des chorégraphies Baladi et Saïdi. » Bénédicte, danseuse orientale niveau avancé, 42 ans.

5/ La melaya de danse orientale – Le veil poï de danse orientale

Ces 2 accessoires moins connus et moins utilisés par les danseuses arrivent ex-aequo dans notre classement.
La melaya de danse orientale est un large voile noir souvent décoré de pastilles pailletées dans lequel la danseuse s’enroule et joue à se couvrir et à se découvrir. Elle est souvent maniée lorsque la danseuse porte une robe d’Alexandrie.
Le veil poï de danse orientale est l’association d’un petit voile, et d’une boule à laquelle une longue ficelle et une dragonne sont reliés. Lors des mouvements, on voit finalement peu le fil et la dragonne, ce qui donne l’impression que la danseuse fait « comme par magie » bouger le voile.

« Ces 2 accessoires ont chacun un style bien différent. J’aime tout autant les utiliser dans mes spectacles car il me tient à cœur de montrer à mon public toute la diversité de la danse orientale. Donc plus il y a d’accessoires et de scénographies différentes, plus ça me plait ! » Elodie, danseuse orientale niveau avancé, 22 ans.

D’autres accessoires spécifiques tels que le chandelier de danse orientale (aussi appelé shamadan), le sabre, le cerceau lumineux… viennent encore compléter cette liste.

Vous aussi, n’hésitez pas à tester et à vous familiariser avec chacun de ces accessoires remplis d’originalité qui ne demandent qu’à vous amuser et à divertir vos spectateurs.

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires