Portrait de Flora, une danseuse orientale spontanée et enjouée

Comment est né votre amour pour la danse orientale ?

J'avais environ 8-9 ans et tout simplement, lors d'un spectacle de fin d'année, eut lieu une représentation de multiples danses dont la danse orientale. J'ai demandé à ma mère de m'y inscrire et puis 20 ans plus tard, la danse orientale fait toujours partie de ma vie…
Je pense que rien n'est un hasard et que dans le fond, c'était déjà un choix pour la suite de mon existence.
Ce que j’aime particulièrement dans la danse orientale, c’est qu’elle possède certains codes mais qu’en majorité, c’est une danse assez libre qui nous permet une expression corporelle et émotionnelle très large. Ce qui me plaît aussi, évidemment, c'est le fait de pouvoir exprimer ma féminité et tout ce qu'elle représente. Côté technique, j'aime qu'on puisse constamment partir à la découverte et à la recherche de son corps tant dans les sensations physiques que visuelles.
Et la musique bien sûr ! La musique orientale est d'une richesse immense, vraiment ! Elle me fait frissonner et me met en transe !

Quels sont les moments clefs de votre carrière de danseuse orientale et professeure de danse orientale ?

J'en ai eu tellement ! Mais je dirai que c'était plutôt une claque concernant ma carrière de professeure. Une claque positive.
J'ai commencé à enseigner la danse orientale dès l'âge de 16 ans accompagnée par une amie danseuse qui en avait 24 à l'époque. Ma professeure devait déménager pour 1 an mais finalement, elle a arrêté la danse puis mon amie a commencé sa vie ailleurs. Je me suis donc retrouvée seule à enseigner devant ces femmes avec ma timidité handicapante de l'époque. C'était très difficile pour moi mais je ne voulais pas lâcher. Puis, un peu plus tard, lorsque j'ai commencé à comprendre ce qu'était une Femme, c'est là que mes objectifs en tant que professeure ont pri le dessus sur ma vie. C'était ma vocation !
 Le moment clef de ma carrière de danseuse orientale, ce n'était pas plus tard que l'année dernière ! Savoir qui je suis en profondeur, aimer ce que je suis en profondeur et comprendre mon corps en profondeur... Ça fait beaucoup de profondeur n'est-ce pas ?! Haha. Mais juste ce qu'il faut pour faire de moi une Femme complète et en harmonie avec elle-même.
Je comprends pourquoi je danse, je connais les capacités physiques et musculaires de mon corps pour effectuer différentes techniques, je comprends mon axe et mon équilibre, tant physiquement que psychologiquement. Tout ça, ça fait toute la différence lorsqu'on est une danseuse orientale ! On devient prête à grandir et à transmettre réellement son art. 

Une vidéo vous montre proposant une superbe chorégraphie de danse orientale sur du Mozart, d’où vous est venue cette « idée folle » ?

Ah ! Mozart...
En fait, j'adore la musique classique et elle m'inspire le mouvement. L'idée ne m'est pas venue, c'est mon corps qui a voulu s'exprimer sur ce qu'il a ressenti à ce moment-là.
Mais en parlant de Mozart... J'ai un gros projet à ce sujet mais c'est un secret pour le moment !

Que peut-on trouver dans votre dressing danse orientale ?

Des leggings de danse, des crop tops, des ceintures de danse orientale, des chaînes de taille et des bijoux. Ça, c'est dans mon vrai dressing.
Mais dans ma cave... c'est la caverne d'Ali Baba ! On y trouve des cannes de danse orientale, des voiles, des melayas, des sagattes, des tambourins, des costumes de danse orientale pour les groupes, des robes Khaleegy, robes Saidi, robes Melaya, des amplis sono et des décorations orientales pour les événements.

Vous avez récemment exposé sur les réseaux sociaux un grand défi réussi, celui de perdre 15 kg et de vous accepter. Quelle a été votre histoire et que souhaitez-vous dire à toutes les femmes qui vivent cette situation ou traversent d’autres complexes ?

Une histoire qui commence par mon Amour de la cuisine. J'aime manger autant que j'aime danser et respirer. J'ai l'impression que mon estomac est tellement vaste qu'il peut se remplir à l'infini. C'est ça l'Amour non ? Blague à part, l'Amour de mon corps à ce moment-là était pour le coup inexistant !
Mon seul moteur fût ma volonté. Rien de plus
J'ai voulu perdre ce ventre que je n'aimais pas alors j'ai fait du sport et j'ai arrêté de grignoter infiniment entre les repas et à n'importe quelle heure. C'est une véritable addiction de manger.
Je n'ai sauté aucun repas, j'ai mangé à table autant que je le souhaitais mais j'ai juste arrêté le reste.  
Mais le sport, c'est la base ! Perdre du poids c'est une chose, mais le maintenir en est une autre.
 
Il faut être volontaire tous les jours de sa vie. Peu importe l'objectif que l'on a, il faut se lever avec cette idée en tête de l'accomplir.
Par la suite, ça devient presque une habitude et ça devient plus léger. Et dans la tête aussi.

Ce que j'ai à dire aux Femmes... Levez-vous chaque jour avec une motivation qui ne doit jamais vous lâcher parce-que vous seule avez le pouvoir sur vos décisions de faire ou ne pas faire
Je conseillerai à toutes les Femmes de se regarder dans la glace tous les jours, même si c'est difficile. Mais il faut arrêter de fermer les yeux sur la réalité. Si vous ne vous plaisez pas, regardez-vous et prenez des décisions. Ne vous oubliez pas, ce que vous voyez dans la glace, c'est l'essence même de la beauté. 
Apprenez à composer avec, peu importe le temps que ça prendra. Être dur avec soi-même, vous savez le faire je pense, alors servez-vous de cette rage pour vous élever. La douceur, ça viendra après. 

On vous sait également cuisinière de talent. Quelles sont vos spécialités et qu’est-ce que cette activité vous apporte ?

En premier lieu, ce qu'elle m'apporte, c'est la satisfaction d'un ventre plein et de papilles comblées.
Je ne cuisine que pour les gens que j'aime ou que j’apprécie. C'est une forme d'Amour pour moi
Voici ce que la cuisine m'apporte : de l'Amour et des Saveurs !
Sinon, j'aime tout cuisiner mais j'ai un faible pour la cuisine méditerranéenne.

Publié dans: Danseuses orientales

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires