Danseuse orientale et… charmeuse de serpents !

Merci à Lia Vinova, artiste multidisciplinaire de talent, d’avoir répondu à notre interview riche d’informations et de découvertes.

En quoi consiste un numéro de charmeuse de serpent ?

Un numéro de Charmeuse de Serpent est un spectacle mis en scène avec les serpents. On dit "charmer" les serpents car il s'agit de savoir les "apprivoiser", de bien les connaître pour respecter leurs besoins afin d'être autorisée à entrer dans leur espace et leur donner envie d'entrer dans le nôtre. Quand on charme, on séduit, on fait en sorte que l'autre se sente bien. Et c'est ce qui permet d'instaurer cette "confiance" et une certaine "habitude" permettant à l'autre, en l’occurrence le serpent, de se laisser faire. 

Comment faîtes-vous pour pratiquer la danse orientale tout en gérant et jouant avec le(s) reptile(s) ? Quelles capacités sont nécessaires ?

La danse orientale permet d'évoluer dans des mouvements proches de ceux des serpents. Elle permet beaucoup d'isolations, de lenteur, de rondeurs, ce qui est très adapté à ce partenaire reptilien. Le serpent vient prendre ses points d'appui sur le corps et évolue au contact de la danseuse. Plus on connaît sa façon de bouger et mieux on peut créer une danse en symbiose avec lui. Il est primordial de garder à l'esprit que le bien-être de l'animal passe avant tout, il n'est aucunement un accessoire de danse. C'est un partenaire à part entière
Il faut laisser une part à l'improvisation et travailler les chorégraphies avec cette "contrainte", car le serpent a son propre rythme. C'est un travail intéressant et très inspirant pour une danseuse, que j'approfondis dans mes stages SNAKE DANCE.

Y’a-t-il des contraintes ou des éléments que vous devez prendre en compte lors du choix de votre costume de danse orientale pour vos représentations ? 

Il est important de bien choisir ses costumes de scène pour danser avec les serpents. Il ne faut pas de matériaux dangereux qui puissent blesser l'animal. On évite ce qui accroche ou les boucles d'oreilles style créoles trop larges dans lesquelles ils pourraient se prendre facilement, ou des tissus trop glissants ne leur permettant pas une bonne reptation, surtout lorsqu'on débute. Ce qui n'est pas facile en tant que danseuse tribal-fusion car on aime les gros bijoux, les multiples ceintures de danse orientale etc.
Avec la pratique et une bonne connaissance de ses partenaires, on arrive de plus en plus à s'adapter et à se faire plaisir niveau costumes de danse orientale. Mais en règle générale, le corps de la danseuse reste le support du serpent, il faut éviter les obstacles si on veut une belle fluidité. 

Comment est née votre passion pour les reptiles puis cette envie de les associer à vos talents artistiques et d’en faire votre profession ?

Depuis petite, je suis attirée vers les serpents. Le besoin viscéral de les rencontrer et de partager avec eux est arrivé lorsque j'avais environ 16 ans. 
Après mon cursus artistique (théâtre, cinéma, chant et danse), la vie m'a offert l'opportunité de me réaliser grâce à un voisin professionnel du spectacle et capacitaire qui m'a permis de me lancer. J'ai pu mêler mon travail artistique à ma passion pour les serpents afin d'en faire ma profession.

Pour quel genre de prestations ou d’évènements vous sollicite-t-on pour ce numéro ?

C'est un numéro qui séduit d’abord par sa rareté, et la rencontre avec un animal exotique impressionnant. On me sollicite pour des événements marquants : anniversaires, mariages, séminaires,  lancements de produits, salons, festivals, spectacles atypiques... cela peut venir d'entreprises comme de particuliers.
Les réalisateurs et les photographes (pour des publicités, films ou travaux personnels) font appel à moi pour créer des numéros sur mesure ou accompagner leurs comédiens ou modèles sur des projets avec les serpents. 
En réponse à de nombreuses demandes, j'ai également ouvert des ateliers permettant de découvrir le travail de la charmeuse et de se familiariser avec les serpents dans une ambiance détendue. SNAKE & DRINK a fêté ses 7 ans et a même été adapté en digital, ce qui permet d'approcher les serpents avec écrans interposés avant de se lancer si on a peur, ou d'apporter une touche originale aux apéros visio en ce moment. 
Grâce à ces ateliers, j'ai aidé plusieurs personnes à se défaire de leurs phobies, certains ont même accueilli des serpents chez eux depuis. 
GOÛTEZ AU SERPENT est l'atelier adapté pour les enfants, il est choisi le plus souvent pour les anniversaires. SNAKE A POSE permet d'être accompagné pour une photo professionnelle, toujours avec les serpents.
On m'a aussi beaucoup demandé d'ouvrir un cours de danse, c'est pourquoi j'ai créé SNAKE DANCE
Il y a trois ans j'ai fondé SNAKE CIRCLE, agence artistique et événementielle, pour laquelle je coordonne les spectacles et mets en scène les événements de nos clients, entourés des artistes de mon cercle rencontrés pendant ces 17 années de parcours à travers le monde artistique avec les serpents et le feu. 
Comme pour les ateliers, j'avais une forte demande pour l'organisation des plateaux artistiques et j'ai décidé d'y répondre. 

Des formalités légales ou des garanties sécuritaires vous sont-elles demandées pour exercer et si oui, lesquelles ?

Un certificat de capacité pour la présentation au public (CDC), une autorisation d'ouverture d'établissement (AOE), et une assurance professionnelle sont demandés pour exercer ce métier. C'est une obligation légale. 

Vous proposez également des cours de « snake dance » sous forme de stages. De quoi s’agit -il et quel en est le programme ? Quel est le profil des stagiaires qui y participent ?

SNAKE DANCE permet d'apprendre les techniques pour danser avec les serpents, une attestation de stage peut être délivrée dans le cadre d'une demande de certificat de capacité. 
Les participants font connaissance avec les serpents et découvrent comment les laisser entrer dans leur espace, puis explorer celui qu'ils leur offrent.
On commence en général par un cercle de présentation afin que chacun se sente à l'aise et comprenne le déroulé. Une méditation guidée créée spécialement permet d'entrer dans l'état idéal pour la pratique avec les serpents, on s'échauffe, on apprend une chorégraphie assez simple, puis on découvre nos partenaires serpents afin de mettre en pratique toute cette préparation et de danser avec eux !
Les stagiaires sont aussi bien des personnes curieuses d'une expérience insolite que des danseurs professionnels souhaitant apporter une nouvelle énergie à leur pratique.

Combien de reptiles avez-vous et quels investissements matériels, financiers et temps cela nécessite-t-il au quotidien ?

Je vis actuellement avec 6 serpents. Une pièce leur est dédiée, chacun a sa propre maison. C'est un investissement financier au départ puis pour entretenir les terrariums, le chauffage (les serpents ne peuvent se réchauffer par eux même et ont donc besoin d'une source de chaleur extérieure : chaque terrarium dispose d'un tapis chauffant sur thermostat, branché en continu). 
Comme pour tous les animaux, il faut prendre le temps : les nourrir, les soigner, les faire garder en cas d'absence (trouver un snakesitter est plus compliqué qu'un dogsitter, et encore plus selon les espèces à entretenir...).
Chaque jour, je vérifie si tout va bien, je change l'eau et nettoie si besoin, j'observe s'ils me disent quelque chose à leur façon. Cela demande des connaissances et une attention toute particulière. Chaque serpent à son caractère et même s'il y a une base commune pour s'en occuper, il faut s'adapter à chacun pour en prendre soin. 

Quel est votre parcours en danse orientale et qu’est-ce qui vous plaît dans cette discipline ?

Ce sont les serpents qui m’ont amenée à la danse orientale, ou plutôt à la danse tribal-fusion ! Beaucoup de mouvements lents rappellent ceux du serpent. Basée sur l’ATS, une danse d’improvisation en tribu codifiée née aux États-Unis, elle est empreinte de différentes danses traditionnelles et contemporaines comme le flamenco, le kathak, le Bharata natyam ou le hip-hop. Certaines danseuses y puisent leur inspiration pour créer leurs propres fusions en y apportant leur style. C’est ce que je tends à explorer avec les serpents. Venant du jazz et du classique, il me fallait des mouvements lents et puissants pour pouvoir me fondre dans leur énergie. Je peux ainsi danser avec eux tout en les respectant. Ma danse a donc évolué grâce à ma passion pour les serpents, ils sont une belle source d’inspiration. 
J'ai commencé l'ATS et le tribal-fusion avec Linda Martinez puis avec Julie de Saint Blanquat, avec qui j'ai pris des cours plusieurs années. Angelika, Linda Faoro et Anasma ont été mes professeures en fusion bellydance. J'ai ensuite pratiqué une année de Bharata Natyam avec Usha, un peu de danse orientale avec Taly Hanafi et de tribal-fusion avec Louna. J'ai aussi suivi de nombreux stages grâce au Festival BellyFusions notamment. Cela m'a permis de voyager dans différents styles de Bellydance et d'explorer de nombreuses possibilités pour partager ces danses avec mes serpents. 

Quelles sont les autres disciplines artistiques que vous pratiquez ? 

Je suis aussi Charmeuse de Feu : je danse, je mange et crache les flammes. 
Je mets en scène des spectacles, notamment pour mon agence SNAKE CIRCLE.

Découvrez Lia Vinova en vidéo :


Crédits photos : Eddy Lamazzi (sommaire), Eric Dany, Laurianne Gouley, Eric Dany, Eddy Lamazzi, Eddy Lamazzi, Justine Maillard, Eddy Lamazzi

Publié dans: Danseuses orientales

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires